12 novembre 2012

prosaïque

Puis le soir, les mages (comprendre : des pages, esclaves de la douleur), envoient des lucioles percer des murailles.

de fil de soie en fil éléctrique jusqu'à la file indienne, le manège écorche les raisons faméliques, élaguent la trachée du sens... plus de bruits, à mesure que l'être, en funambule, dévide sa bobine.                                                             Se présente alors : l'absence de parti pris. Pour rien. Comme ça.                                                                        

Alors que plus personne n'appelle.                                                                                                            

...Pas la peine, les macchabés sont trop formels. Mon accabit, lui, c'est l'informel.

_du style?

_Une plaie. Celle par laquelle les lucioles passent. Une plaie aussi vraie que l'abandon _voilà pourquoi je jase, aussi vive que l'étincelle intruse d'une seconde qui meurt.

C'est ça que j'agrandis. Dans l'espace. Pour y voir plus clair. C'est là où les lucioles prennent possession de mon corps.                                                                                            

Agrandis par moi, moi sans égal, moi l'égoïste page, traduisant l'échos... devenant : mage.                                      

Moi encore. A travers la fenêtre, gettant comme gargouille ce qui pourrait advenir si l'on ne lâche pas l'affaire, si l'on ne relâche pas l'apnée d'une vision mortelle : de fil d'aiguille en arrêtes tranchantes et au delà : un chemin de fakir pour la comprehension.

_qu'as tu trouvé?

_Une litanie. Une litanie sans fin qui se perd dans la béance (retour à la plaie). L'équation de l'infini aussi, où j'aimerais peser de tout mon poids pour ne pas vaciller. Du moins pas tout de suite.                                                                      

Aucune demande !  Un seul parti et pas le tien : la vie sans trêve et ses ingrédients qui s'y absorbent, s'y flouent, dévidés, corrompus jusqu'à la perte...                                                                                                                                                            

Et en vie, envers et contre TOUT, j'ai pu, dans des voyages de mage, saisir l'intention juste, attraper les derniers souffles, avant qu'ils ne meurent, pendant qu'il se calcinent les ingrédients, cette matière qui décède, ces légions executées dans un "alea jacta est" de fosse à purin.

(La faute à ...? l'absence de choix. Qui n'est pas une faute d'ailleurs.)

C'est ça que je fais. Le soir. Devenu page de la douleur, j'envoie des souffles, par la fenêtre, jusqu'à la croisée des chemins et les souffles sautent dans un bouquet d'artifice. C'est une manière comme une autre de célébrer la discrétion des morts.            

Puis la terre, en moi, moi sans égal, respire à l'unisson.

Posté par PriseDeContact à 23:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur prosaïque

Nouveau commentaire