15 novembre 2012

Jalon :

Là, tout de suite, vu le degrès de ma condition, vu l'état d'âme, vu l'humeur ! il ne vaut mieux pas que je vous regarde rentrer dans vos maisons, à l'abris, au chaud au sec.

et face à l'inconfort auquel je suis livré, le garde-fou de mes pensées voudrait établir 4 murs et 1 toit pour noyer le désaroi. 

Pas de niches sur l'esplanade

l'arrière-gout amère : indélébile, et le désir qu'on a giflé ? il subsiste. Un canapé sur orbite n'a rien d'enviable, quand on ne peut étreindre ce qui donne si soif. L'éloignement face à la douleur n'est pas une retraite, c'est une cessité, une maladie qu'on ignore, poursuivant sa vie, comme si de rien n'était...

Du bas de ma condition, je nous vois : une foule pleine de gestes, de paroles, sans substance, n'arrivant pas au stade de la personne, trop vite courbé. Je nous vois affalé, broutant l'herbe et tentant d'avancer, la machoire dans la terre, rampant.

Parvenir à soi implique de briser trop de barrière, dont la sienne... le mouvement nous dépasse et qui le conçoit?

Pourtant... je perçois dans tes yeux une réalité qui ne s'échappe pas.

Je veux faire vaciller le "comme si", trouver un point de chute à mes efforts, pour provoquer l'essor de mes pas encroutés.  Si vous m'appellez, je serai sur messagerie. Ne faisant pas comme si.

Une vie, toute une vie, c'est trop grave, c'est trop désertique pour que la traversée se fasse à la légère; sans les prémices d'un danger permanent. Une vie, ça vous cloue à table, obligation de participer, même dans le mutisme et l'abandon.

Alors? faire vaciller l'idée, se nourrir de la flamme, amener la plénitude du silence, y trouver la consistance.

C'est une cuisine, et mon amertume gâche sa confection. Faute de foi dans la recette, je me jette sur l'expédient, trop hanté par l'absence, et le mal repart.

Je souffre d'inconstance, voire d'incontinence. Je suis sur messagerie.

                 (...) je poursuis.

Posté par PriseDeContact à 18:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Jalon :

Nouveau commentaire